Clip theo bongo - tchaku (avec dally kimoko)

" TCHAKU " & " Papa na Mama "DE THEO BOONGO DE MBENDA:Les chorégraphes Colombiennes en savent quelque chose

Ce cadre commercial a osé, par des chansons empreintes d’exotérisme, dénoncé l’aliénation qu’a subi le peuple noir, mais ceci dans des conceptions nouvelles de Guy Billong, épaulé du Lion Toguy, et de Dally Kimoko.

Intervew...

Certains spécialistes s’accordent déjà à dire que cet album sera parmi les meilleurs sinon l’album de l’année au Cameroun.

"Je sors donc cet album, pour faire modestement (humilité oblige) partager au public les fruits de mes cogitations « passionnelles » hyperboliques en contribuant ainsi à sortir mon peuple des abysses de l’ignorance entretenue par des préceptes de cette religion apologiste du manichéisme dont le seul but, non avoué, est de voiler la vérité divine, notre vérité, la vérité de notre histoire, héritée de nos ancêtres les Egyptiens.

Cameroon-Info.Net : Théo BONGO de MBENDA na Mafouta…Est-ce votre vrai nom tout cela ?

Théo Bongo : Non, mon vrai patronyme est MBENDA BOONGO ou BONGO (selon l’orthographe) j’aimerai préciser, si vous le permettez, que BONGO est le nom à la fois de l’Ile dont est natif mon père et de l’une des quatre familles (groupe) MALIMBA appartenant au grand groupe SAWA établi sur le littoral maritime du Cameroun.

Cameroon-Info.Net : Question traditionnelle : dites à nos internautes qui êtes-vous ?

Théo. Bongo : OUF !!! Puisqu’il faut être concis, je vais essayer d’allier concision et précision ; Car tout le monde sait qu’il n’est pas aisé de parler de soi.
Professionnellement, je suis dans la communication et le marketing.
Cadre Commercial au sein d’une multinationale américaine de l’Ile de France et Directeur Commercial de la SARL productrice de mon Album.

Cameroon-Info.Net : Vous rentrez donc dans la catégorie de la nouvelle race d’Artistes que décrit Grâce Kama artiste comme vous ?

Théo. Bongo : Je dois vous avouer mon ignorance. J’ai vu Grâce KAMA, une grande dame pleine de talent, à la télé l’été dernier au Cameroun.
Cependant, il ne me semble pas avoir lu ses déclarations…Ou peut -être les ai-je désappris.
Par contre, si vous souhaitez, comme vous êtes bien malin, vouloir me faire dire que le casting est différent au regard de l’élite artistique déjà connu et reconnu, c’est affirmatif.

Cameroon-Info.Net : Nous apprenons que vous avez à votre actif, une production d’une vingtaine d’années au moins. Question directe ; Pourquoi avoir sorti cet album, ne me parlez surtout pas de passion.

Théo. Bongo : On ne peut rien vous cacher. Pourquoi ne pas parler de passion ?
A contrario, et au risque de vous décevoir, je puis vous affirmer que je suis un grand passionné.
Passionné de musique notamment, de l’esthétique, de philosophie, d’amour, de la vie, de l’après vie, du réel, de l’irréel, de la connaissance, pour ne pas dire des sciences, et des choses occultes.
Je sors donc cet album, d’abord inconsciemment pour certainement atténuer, sinon gommer les stigmates de l’échec de ma première tentative de production de la fin des années 80.
Ensuite, pour faire modestement (humilité oblige) partager au public les fruits de mes cogitations « passionnelles » hyperboliques en contribuant ainsi à sortir mon peuple des abysses de l’ignorance entretenue par des préceptes de cette religion apologiste du manichéisme dont le seul but, non avoué, est de voiler la vérité divine, notre vérité, la vérité de notre histoire, héritée de nos ancêtres les Egyptiens.

Cameroon-Info.Net : Je note tout de même que vous faites partie des rares artistes Camerounais à avoir sorti au même moment un CD 10 titres ainsi qu’un DVD 10 titres. Félicitations. DVD tourné en Colombie. Avant de parler du CD pourquoi avoir choisi la Colombie ?

Théo. Bongo : D’abord merci pour les félicitations, elles me vont droit au cœur.
Honnêtement, le choix de la Colombie est une idée de Guy BILONG réalisateur et arrangeur de mon album.
Pourquoi la Colombie ? Pour l’histoire de ce peuple Palinqué, (les noirs de Colombie), pour donner la preuve de solidarité et de l’unicité culturelle du peuple noire.
Ce n’est que juste récompense et reconnaissance de l’immense talent de mon chorégraphe colombien JUAN CARLOS VEGA SIMANCA et pour nos frères colombiens noirs.

Cameroon-Info.Net: Qu'est-ce qu'il a de particulier?

Théo. Bongo : Ceux qui ont déjà achetés ce DVD ne tarissent pas d’éloges ; ils sont subjugués à la fois par le professionnaliste, la beauté des danseuses et la variété des chorégraphies.
Tous les spécialistes sont unanimes ; la qualité de l’image et la résolution n’a pas d’égal avec ce qui se fait depuis quelques années en termes de production de clip DVD.
Cependant, vous avez tout à fait raison, la concomitance de la sortie du CD 10 titres assortie d’un DVD 10 titres est un EVENEMENT, mais il convient aussi de noter, la dissemblance des mélodies, autrement dit la richesse de cet album.
Il faut dire que le producteur que je suis n’a pas lésiné sur les moyens.
Dans l’absolu, nous voulions INNOVER, OSER, en évitant de choquer les âmes sensibles et autres censeurs tueurs de culture,(au moment ou je vous parle six, -les titres 1,2,3,4,5,7,- des dix titres de l'album ont été censurés par le responsable de la TV nationale camerounaise) c’est le sentiment que personnellement j’ai toujours eu, avons-nous réussi ? Le public jugera.
En tout cas les échos qui me parviennent semblent pour le moment me conforter dans mon raisonnement.

Cameroon-Info.Net : Lors de notre première rencontre, vous m’aviez fait cette confidence : « Toto Guillaume a accepté de jouer dans mon album quand il a pris connaissance des textes de mes chansons ». Je dois dire aux internautes que vos textes parlent essentiellement d’exotérisme. Alors la question serait : est-ce la structure des textes ou alors le contenu qui ont intéressé Toto Guillaume ?

Théo. Bongo : Je suis certain que vous poserez la question à TOTO Guillaume.
Quant à moi, je pense que c’est une chance qu’il ait accepté de jouer sur mélodies d’un inconnu. Est-ce une reconnaissance… ?
Je veux du fond du cœur (c’est déjà fait de vive voix) encore le remercier ici pour son apport ; j’en redemande.
Vous dites bien que mes textes sont empreints des doctrines exotériques (avec « x ») c'est-à-dire des doctrines enseignées en public. C’est exact.
Donc à ne pas confondre avec ésotérique au risque de faire peur aux âmes qui voient le diable partout.
A la vérité, j’ai semble t-il posé du début à la fin de mon album une seule problématique : la Dualité ou le manichéisme chrétien avec à la fin de l’album comme pour conclusion un titre évocateur l’ESCLAVAGE.
La couleur noire est tout simplement synonyme d’incertitude, elle n’est pas maléfique comme le prétendent les religions. La couleur blanche n’est synonyme de pureté.
Le jour et la nuit nous sont indispensables…
Notre compréhension sur ces choses doit évoluer cela pourrait par ailleurs contribué à éviter certaines catastrophes épidermiques ; que nos mères pensent encore que l’être humain au visage très noir est forcément méchant ne m’étonne pas vu le degré d’endoctrinement dans nos contrées.

Cameroon-Info.Net : Très souvent quand Toguy joue, on s’attend à écouter le « pur » Makossa ; curieusement, vous nous sortez un autre style qui ressemble au Soukouss Fusion de Kotto Bass, à la différence que vos premières parties sont du Makossa, et les deuxièmes du Soukouss. L’idée est de qui,de vous ou de Guy Billong votre arrangeur ?

Théo. Bongo : L’Afrique est riche de sa diversité y compris musicale, c’est un autre atout voulu par la divine providence n’en déplaise au Leucoderme, ses différentes sensibilités culturelles et musicales doivent s’exprimer de manière autonome enfin de perpétrer une certaine émulation.
Vous êtes sans l’ignorer, qu’on ne peut fusionner que les éléments ayant à peu près les mêmes propriétés ; dans mon cas, le fait d’ajouter une guitare « bantou » et la caisse claire comme le ABELE de chez nous ne dénature pas mon MAKOSSA.
Le Makossa domine dans toutes mes chansons si ce n’était pas le cas, je pense que TOGUY l’un des chantres du Makossa m’aurait refusé sa collaboration.
Je suis solidaire du choix de Guy BILONG.
En fait cet album souffre, c’est un comble, de la qualité, du talent des grands artistes qui y ont collaborés.

Cameroon-Info.Net : Résultat?

Théo.Bongo : c’est évidement très dansant.

Cameroon-Info.Net : Une autre nouveauté, si je peux l’appeler ainsi, au début de l’écoute, on a l’impression d’écouter un duo avec la charmante Charlotte Dipanda, au final on s’aperçoit en fait qu’il s’agit d’une « tournante » à trois, avec un animateur Congolais, tout cela accompagné des solos d’animations et relance de Ntoumba à la basse, DALLY KIMOKO et Belmond de Bauville à la guitare, sans oublier le maestro Toguy. Evidement très dansant comme vous le dite; On note là le fruit de recherche et de concertation. Mais de qui ?

Théo. Bongo : J’ai été très admiratif de tous les grands talents éminemment connus, pour certains, que vous venez de citer. Je me suis délecté…
En réalité, chacun a apporté un peu de son savoir faire, on reconnaît aisément, la griffe du « lion » Toguy, la « touche précise » DALLY le « petit sorcier » BELMOND de Beauville, le Grand « Ntoumba basse », l’animateur et inventeur du « de Mafouta » qu’on entend dans les morceaux immédiatement après mon nom, le Grand CLAUDIO, l’excellentissime et sublimissime Charlotte DIPANDA…
Cependant, l’inspiration et tout le travail de recherche est de Guy BILONG l’arrangeur et le réalisateur de cet album éclairé par mes propres desiderata.

Cameroon-Info.Net : J’ai eu le privilège de suivre l’évolution de cet album, d’écouter certaines chansons avant l’arrivée de Toguy. Cela m’a permis une fois de plus de voir le génie de ce monsieur, comment il a pu ramener les chansons à connotation Soukouss au Makossa, sans toucher à la structure de la chanson, en jouant tout simplement à sa guitare… impressionnant. Vous qui l’avez côtoyé, qu’est ce qu’il vous a apporté ?

Théo Bongo : Ce Monsieur maîtrise son élément. Je pense qu’il a tout simplement joué dans les espaces laissés par DALLY l’autre maestro du SOUKOSS.

Cameroon-Info.Net : Dites moi, j’ai remarqué l’absence de la batterie en live dans votre album, au profit de la caisse claire, pourtant votre arrangeur est un excellent batteur. Pourquoi ce choix ?

Théo. Bongo : La caisse claire est un élément de la batterie.
Je pense que mise à part des raisons techniques, ce choix, celui de la caisse claire en live, participe de la même logique que celle qui a prévalut au début de la conception de l’album.

Cameroon-Info.Net : Comment traduisez-vous « Mpungu » le deuxième titre de votre album, chanson dominée, par la touche de Toto Guillaume ?

Théo Bongo : Le chaos...

Cameroon-Info.Net : Mais encore ?

Théo. Bongo : Dans la mythologie biblique, la scène du jardin édénique, la femme par l’entremise du serpent rend la vue à l’homme (« qui devient comme l’un des dieux connaissant le bien et le mal… »).
Loin d’être un lecteur passif de la bible, pour peu que je la lise… je pense, sans l’affirmer, que ce sublime Corps de la femme, selon notre compréhension, pourrait nous mener au Paradis ou en Enfer.

Cameroon-Info.Net : Dans « Nguéa », vous dites : « … tout est dual, y compris la vie. L’homme naît au milieu des forces contradictoires et opposées, il trouve le chemin de l’équilibre au travers de la prière ou la méditation ». « S’il y a équilibre quel chemin prendre » ? Puisque d’après vous, « le bien et le mal n’existent pas ». Vous continuez par ceci : « La lumière luit dans les ténèbres, mais les ténèbres l’ignorent ». Est-IL aussi dual Dieu ?

Théo Bongo : (Sourires) Permettez-moi encore de me répéter, Mr ESSOMBE. Rien n’a été fait au hasard quant à conception de l’album.
On pourrait le comparer à l’œuf, l’œuf cosmique (TCHAKU, ou la puissance… c’est l’intitulé de l’album et du premier titre) pour utiliser une allégorique simple des mystères de la création. Ainsi le titre 1 « Tchaku la puissance ou la volonté, (le père), le titre 2 « MPUNGU » (la mère ou le réceptacle) le chaos, c'est-à-dire l’énergie résultant de la rencontre des deux forces opposées…
Les Kabbalistes et les amateurs du tarot (que je ne suis pas) y verront une inclinaison de l’arbre de vie. En fait la position n° 3 (la fameuse trinité pour certains chrétiens) que cette chanson occupe dans l’album n’est pas sans fondement…
Je pense que cette chanson s’adresse particulièrement à ceux qui cherchent, comme votre serviteur, la réponse à certaines questions toutes existentielles. Qui suis-je… ? Où vais-je ?
Je vous fais observer que l’être humain en position statique verticale ou qui marche s’appui (alternativement) sur les deux côtés des forces opposées, en recherchant l’équilibre sur ses deux jambes… Ce qui est valable, au le plan physique, pourrait l’être sur d’autre plan lorsqu’il s’agit de l’évolution de sa conscience par exemple.
Enfin, je ne puis dire davantage au risque d’être incompris. A chacun de faire sa propre opinion.
Le chemin de l’équilibre serait donc la voie qui mène à la connaissance de soi, (le pilier du milieu ou le dégrossissement de la pierre pour mes amis humanistes), en marchant droit sur les deux jambes, gauche et droite, mais surtout en montant une par une les marches de l’escalier.
Rien à voir avec les philosophies du new âge ou la magie à l’eau de rose.
Oui, le bien et le mal existent, mais la question est souvent mal posée.
Objectivement, je tiens à préciser que je ne suis pas un illuminé de la trempe de PACO…
Dieu est-il dual, ou androgyne ? Si Dieu le créateur à crée l’homme à son image, son image n’est-elle pas Androgyne ? Je vous rappelle que la femme est créée à partir de l’une des côtes de l’homme crée par lui (DIEU).
Pour finir avec cette question difficile, permettez-moi de vous rappeler que nos contemporains les « scientifiques » admettent désormais l’existence de la matière et de l’anti-matière.

Cameroon-Info.Net : Eh Bah ! Continuions; Le titre « Papa Na Maman » ne laisse personne indifférent, une chanson qui vous tient particulièrement à cœur, puisque c’est un hommage à vos parents, tout le monde s’y retrouve. Cependant, quelque part dans la chanson, il est dit : « vous avez choisi de naître de ses parents là » explications ?

Théo Bongo : Bravo ! C’est en effet l’histoire de ma propre naissance.
Mon père a chaque grossesse de l’une de ses deux femmes, qui n’ont eu que des garçons, rêvait de l’un de ses frères mort une vingtaine d’années auparavant à la fleur de l’âge.
Il lui renseignait, entre autre, sur le sexe du bébé à venir et souhaitait qu’il portât son nom.
Après deux hésitations, mon père a cédé…
Je suis le troisième de la famille.
C’est ainsi que je porte le nom de son défunt frère BONGO. Selon ceux qui l’avaient côtoyé la ressemblance ne laissait aucun doute… d’ailleurs mon oreille droite à la même excroissance que celle qu’il avait de son vivant au même endroit.
Pourquoi je prétends avoir choisi mes parents… ?
Les réincarnationnistes pensent que l’entité (le bébé) qui s’incorpore dans un corps physique – excuser la tautologie, je ne sais pas le dire autrement, a auparavant accepté toutes les directives et les conditions d’un séjour terrestre imposés par les dieux du karma.

Cameroon-Info.Net : « Esclavage » le titre est parlant. Je vous sens très « Afro » dans cette chanson, qui a un clip fort significatif, tourné dans les lieux où on recevait les esclaves en Colombie. Ma question est : Est-ce un effet de mode, c’est quoi votre combat au quotidien ?

Théo. Bongo : La mode c’est plutôt la banalisation de l’esclavage et la traite des noirs par les médias occidentaux. On parle d’esclavage moderne au lieu de dire exploitation ou maltraitance.
On ne peut pas laisser dire cela il y a eu plus 150 millions de morts pendant 4 siècles, sans compter toutes les souffrances et atrocités vécues par les esclaves.
Et ça continue par la colonisation actuelle plus redoutable que la précédente, parce que intellectuelle et morale.
Il ne faut pas baisser les bras, aucun peuple n’a souffert comme le nôtre, certains spécialistes posent désormais la question du traumatisme collectif hérité de l’esclavage.
Vous avez parfaitement raison, mon combat quotidien, à ma manière, c’est le PANAFRICANISME.

Cameroon-Info.Net : « Mawusé », huitième titre, excellente chanson avec une Charlotte Dipanda qui, je crois n’avais pas encore tant étalé son immense talent. Il semblerait que le prince Eyango ait voulu vous acheter ce titre ?

Théo. Bongo : Le Prince EYANGO est un excellent auteur compositeur et musicien… Il a beaucoup apprécié ce titre, selon son ami Guy BILONG, peut-être aurait-il souhaité le chanter ou le faire chanter par l’un de ses poulains.
Quant à Charlotte, comme à son habitude elle donne toujours ce qu’elle a de meilleur, avec une grande satisfaction pour moi ; elle a reconnu qu’elle n’avait jamais été aussi bien payée…

Cameroon-Info.Net : Vous m’annoncez un vaste programme de promotion marketing, à la hauteur de votre rang de cadre commercial. Je vous écoute.

Théo Bongo : Avec quelques bémols quant à la connaissance réelle du terrain et du marché du disque au Cameroun en dépit des sondages ou études menées.
Comment éviter ou le cas échéant minimiser l’impact des copies illicites ? C’est le sac à nœuds. Nous avons une idée efficace que je ne dévoilerais pas.
En tout cas, nous ferons la promo conformément à notre stratégie en essayant certainement d’introduire une dose de marketing moderne. Sa mise en œuvre et sa réussite seront tributaires des disponibilités mais surtout de la compétence de nos collaborateurs au Cameroun.

Cameroon-Info.Net : Un CD et un DVD 10 titres : est-ce le début d’une nouvelle carrière ?

Théo. Bongo : En tant que producteur oui. Pour le reste on verra.

Cameroon-Info.Net : Qu’est ce qui vous a valu le privilège de passer à télévision colombienne ?

Théo. Bongo : J’ai eu la chance de passer en live à télé Colombienne lors de l’élection de miss Colombie, qui pour la première fois était une sublime noire, grâce à mon réalisateur, lui-même technicien de TV colombie.

Cameroon-Info.Net : Vos qualités et défauts ?

Théo Bongo : l’humilité, la tolérance. Et l’indécision comme défaut.

Cameroon-Info.Net : Vous croyez au destin ?

Théo Bongo : Oui

Cameroon-Info.Net : Dieu représente quoi pour vous ?

Théo Bongo : le Grand Architecte, l’Etre suprême inaccessible.

Cameroon-Info.Net : Que détestez-vous chez les autres ?

Théo Bongo : l’hypocrisie, l’apparat, le mutisme, la déraison, l’avarice.

Cameroon-Info.Net : Un dernier mot ?

Théo Bongo : J’ai certainement pu me tromper au cours de cette entrevue, j’ai peut-être à certains moments été maladroit ou superficiel… certaines choses qui sont de l’ordre du vécu intime et personnel ne sont pas faciles à expliquer.
Tchaku, Album de 10 chansons à texte, ça reste une modeste œuvre de l’esprit humain perfectible.
Ainsi, je m’incline par avance devant tous ceux qui pensent que mon propos est erroné et qui proposent une construction différente, plus efficace que la mienne.
J’accepte par avance toute critique sérieuse de mon œuvre.
Bonne chance à vous Mr ESSOMBE et remerciements à Cameroon-Info.Net.

Cameroon-Info.Net : Merci; Comme vous le savez déjà, notre cybermarché vous offre la possibilité d’avoir où que vous soyez l’album, le DVD Tchaku, et bien d’autres produits encore.

Paris, 28 Février 2004
© Cameroon-Info.Net

NDLR: Vous pouvez encore vous procurez cet album(dVD et CD)  auprès de la rédaction de ilimbeilimbe.benelux