mmendoumbe

 

En ce moment de  deuil, je souhaiterais exprimer tout le chagrin que la perte d'une femme qui a œuvré  toute sa vie pour son époux, sa belle-famille et particulièrement le village Mulimba,  nous procure à tous. 

Je prends la parole au nom de tous les membres de Malimba Avenir, mais chacun pourra témoigner, selon ses désirs, des qualités de sacrifice, de fidélité  et de sérieux de cette grande dame

Au-delà, de perdre une femme remarquable, c'est l'un des meilleurs soutiens de notre terroir  qui s’en va, elle était particulièrement reconnue pour sa joie de vivre, qu’appréciait tout particulièrement son conjoint, qui doit être totalement meurtri.

C’était une femme facile à vivre, elle était d’un naturel positif, elle aimait voir ce qui marche, ce qui allait bien. Je l’ai vue plusieurs fois diriger, d’une main de maitre, différentes Journées Nautiques de la Femme Malimba, une grande foire annuelle célébrée en plein air pendant deux jours, ce n’est pas rien,  et je peux dire que Gisèle Ndoumbè  était une femme dynamique, elle avait indéniablement un  formidable don de création, une endurance et une résistance sans pareilles.

Sa vision principale était de mettre en exergue le rôle de la femme Malimba dans le développement économique et social, mais aussi de la conduire à participer activement aux gestions des activités quotidiennes en  apportant une contribution à l’amélioration des conditions de vie, du niveau d’éducation, de connaissances, par la mise en œuvre  de plusieurs ateliers et des sketches.  

Elle a réhabilité plusieurs jeux et sport traditionnels qui rappellent notre  identité ou culture ancestrale, notamment la course de pirogue, clou de la fête.
Je ne puis terminer sans parler de sa chorale de quelques membres seulement, mais qui entonne des oratorios des grands Maestros, en tant  que choriste, je me suis amusé à chanter quelques fois avec eux, des morceaux que je connais dans leur répertoire, un merveilleux moment. 

En plus de son immense  talent Madame Ndoumbè était une belle femme  d’une grande élégance,  sa silhouette élancée lui conférait une grande prestance qui lui permettait de gagner le respect et la crédibilité aux yeux de tous.

Mais, cette dame n’a  jamais cédé à la facilité ou à la médiocrité. Personnellement, Je suis fier de l’avoir connue et d'avoir touché du doigt  le fruit  de ses efforts.
Je crois que si je devais la qualifier d'une phrase phrase, je dirais : une personne férue du progrès de notre village Mulimba. 
Nous prions le Seigneur de faire pousser dans notre  contrée d’autres épouses de la même trempe.
Son absence sera très dure à supporter,  elle  manque déjà à un grand nombre de  femmes chez nous, mais c’était aussi Madame Ndoumbè, ce qui ne plaisait pas à tout le monde.
A Janéa Ndoumbè je dis ASSIA.

Nyounguè Dalé Mot’a konda 
Nya ponda nya Malimba Avenir

nyounge-dale